L'ostéopathie au service de l'événementiel :
Sur des événements sportifs et en entreprise

Recherche en ostéopathie

Efficacité des thérapies manuelles sur la qualité de vie de patients atteints de cancer et bénéficiant de soins de support

Revue de littérature

 

INTRODUCTION

Si la létalité moyenne des cancers a fortement diminué au cours des dix dernières années, du fait notamment des progrès réalisés en cancérologie, la forte augmentation de leur incidence dans la population induit une croissance mécanique du nombre de patients bénéficiant de soins palliatifs (SP).

Dans l’esprit collectif, les SP sont assimilés à la toute fin de vie mais de nos jours, ce raisonnement est une erreur. Les soins curatifs et palliatifs ne sont pas forcément antinomiques. D’après Régis Aubry, le soin est unique : il comporte une proportion de curatif (chimiothérapie, radiothérapie, etc.) et une de palliatif qui évoluent au fil de l’évolution des maladies. Les soins de support désignent l’ensemble des soins et soutiens qui peuvent être proposés à une personne atteinte d’une pathologie cancéreuse, à côté des traitements spécifiques destinés à soigner sa maladie comme la chimiothérapie, la radiothérapie et la chirurgie. Ils ont pour objectif de diminuer les conséquences de la maladie et les effets secondaires des traitements. Les soins de support peuvent être proposés pendant et après le traitement de la maladie mais également lorsque les traitements du cancer n’ont plus d’effet. Ainsi dans cet article, le terme « soins palliatifs » est considéré au sens large qui correspond à sa véritable définition et qui comprend les soins non-spécifiques apportés dès le diagnostic de la maladie, soit les soins de support.

L’un des moyen le plus primitif et spontané avec lequel l’être humain offre un soutien à un autre dans la souffrance ou la maladie passe par le toucher. Au-delà du simple contact bienveillant, il existe plusieurs modalités qui utilisent le toucher comme action délibérée dans les soins de support en cancérologie. Ces différentes modalités évoluent autour de principes et de bases théoriques différentes mais utilisent le même outil, seul et unique de l’ostéopathe : les mains. Alors que la médecine évolue vers une hyperspécialisation et une segmentation des prises en charge, les soins palliatifs proposent, de façon complémentaire, de ne pas réduire le soin au traitement de la maladie mais de l’élargir au contraire à une prise en compte de la personne dans sa globalité et sa singularité, en s’intéressant à sa biographie, à son environnement et aux différents champs de sa souffrance. L’ostéopathie rejoint les SP dans ce concept même de l’holisme.

 

OBJECTIF
Evaluer la place de l’ostéopathie, thérapie manuelle, au sein d’une équipe pluridisciplinaire entourant des patients atteints de cancer bénéficiant de soins de support.

 

METHODE
Analyse d’articles cliniques mesurant l’efficacité de thérapie manuelle sur l’amélioration de la qualité de vie de patients adultes atteints de cancer (évaluation de la modification d’un symptôme ou d’une capacité fonctionnelle mentionné dans le questionnaire de qualité de vie EORTC-QLQ-C30) issus de l’interrogation de la base de données PubMed, du moteur de recherche « Google » et des bibliographies des articles de références.

 

RESULTATS
51 articles trouvés dont 15 en sont ressortis comme répondant parfaitement aux critères méthodologiques de la revue. Ces 15 articles ont été analysés grâce à une grille de lecture et réorganisés sous forme d’un tableau récapitulatif.

 

DISCUSSION
Les articles sont comparés quant à leurs caractéristiques, leurs échantillons, leurs méthodes de recherche, leurs interventions et leurs mesures afin de synthétiser leur résultats et d’évaluer leur valeur scientifique. La validité interne de la revue de littérature est discutée et un bilan de ce travail permet de mettre en perspective les résultats obtenus :

Bien que les recherches aient un faible niveau de preuve et ne permettent de conclure significativement, les résultats visibles suggèrent l’effet positif de la thérapie manuelle pour beaucoup de cancer surtout sur l’anxiété et la douleur. L’ostéopathie appartient aux médecines alternatives et complémentaires (MAC) et peut intervenir pour améliorer les symptômes liés à la « fin de vie » mais également les symptômes précoces d’un cancer récemment diagnostiqué.

Les thérapies manuelles des MAC connaissent toutes la même problématique concernant la recherche et l’ostéopathie ne fait pas exception à la règle pour deux raisons principales: d’une part, des mécanismes d’action imprécis, multiples et qui ne sont pas tous compris et, d’autre part, des modalités thérapeutiques délivrées de façon épisodique avec des effets intermittents et ainsi difficiles à identifier. Plusieurs auteurs s’accordent à dire que la recherche selon la médecine basée sur les preuves n’est pas adaptée à la recherche ostéopathique dans la mesure où il s’agit d’un modèle de recherche basé sur la pathologie plutôt que sur le patient. Il est nécessaire de l’ajuster avec le modèle bio-psycho-social qui est reconnu scientifiquement et reconnait la complexité de la relation corps/esprit en évitant ainsi le réductionnisme.

 

CONCLUSION
Les décideurs doivent comprendre que les recherches concernant les cancers et les thérapies manuelles ont des difficultés inhérentes à la question de la maladie (éthique) et à l’évaluation objective des résultats de la thérapie manuelle impossible rendue impossible par la relation patient/praticien. Cependant, les données préliminaires paraissent suffisamment convaincantes pour mandater de futures évaluations.

 

Mots-clefs : qualité de vie, thérapie manuelle, cancer, soins de support, soins palliatifs.

 

Laura Contente
Ostéopathe DO à Villepreux (78)


Articles similaires

Réalisation & référencement Simplébo

Connexion